Soutien aux inculpés du 11 Novembre : CONTRE L’INQUISITION QUI VIENT
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
CONTRE L’INQUISITION QUI VIENT

mercredi 7 janvier 2009 , par soutien11novembre

Extraits. Retrouvez l’intégralité du tract sur le site du comité Ouest-Cornouille .

À Tarnac, ce 11 novembre 2008, cent policiers cagoulés, des chiens, un hélicoptère, des portes défoncées, des armes et des lampes torches braquées sur des personnes endormies que l’on jette du lit à moitié nues en hurlant « police, police »… et des journalistes, beaucoup de journalistes… Les dépêches AFP tombent à 8h30 du matin, comme si les journalistes avaient déjà écrit leurs papiers avant d’arriver sur la commune…

Tout ça pour quoi ?

Pour arrêter des gens soupçonnés d’avoir commis des actes de malveillance envers la SNCF, comme il en existe des milliers par an (27 000 déclarés en 2007).

Un dossier vide

En fait de preuve de leur culpabilité, rien. Des livres vendus dans toutes les bonnes librairies comme «  L’insurrection qui vient », élu livre du mois par la FNAC en 2007, encensé dans un article du Nouvel Observateur, déjà vendu à dix mille exemplaires et téléchargeable sur Internet.

Ils ont participé à des manifestations contre les centres de rétention (vous savez, ces camps où l’on enferme des gens coupables d’avoir eu l’audace de fuir la misère… et tant pis s’ils en crèvent), contre le G8 (ces gens qui organisent la misère du monde) et contre le sommet européen de Vichy qui nous prépare des lois xénophobes.

Ah oui, on a trouvé aussi des pinces de forge, « oubliant » qu’Yldune est une archéologue spécialiste du néolithique et du coulage de bronze. « On l’a vue des dizaines de fois manier ces pinces pour ses recherches » s’insurge un ami.

Des comportements suspects. Pensez donc, « Ils n’utilisent jamais de téléphone portable. Ils se sont arrangés pour avoir, dans le village de Tarnac, des relations amicales avec les gens » (Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur). Ils tiennent une épicerie où s’organisent des animations publiques et vont porter la nourriture aux personnes âgées isolées. Bref, toute une démarche de liens amicaux et de solidarités que ne supporte pas cet État qui préfère voir les gens se méfier les uns des autres et passe son temps, avec la complicité des grands médias, à entretenir un climat de peur et d’insécurité.

Alors, pour bien montrer qu’il n’acceptera pas la moindre contestation, parce qu’il se rend compte qu’un peu partout des gens refusent sa logique mortifère, l’État montre ses muscles et tente d’étouffer dans l’œuf la révolte qui gronde.

Ce qu’on reproche à ces 9 de Tarnac, ce ne sont pas des actes de terrorisme surgis de l’imagination d’une ministre de l’intérieur parano, mais ce sont leurs idées politiques. Ils réfléchissent, ils veulent vivre en confrontant la réalité à leurs idées. Et ils agissent aussi.

Qui sont les terroristes ? Ceux qui développent des relations amicales et solidaires comme à Tarnac, où ceux qui lâchent des chiens policiers dans les écoles ? Ceux qui s’opposent aux lois xénophobes ou ceux qui les promulguent ? Ceux qui manifestent contre les centres de rétention ou ceux qui y enferment des bébés ?

En ce moment, des gens sont en prison sans preuve de culpabilité, à cause de leurs idées. Un mois après leur séquestration par l’État, ils n’avaient toujours pas pu voir leur famille.

Ça se passe en France, en 2008.

Les dangers des lois anti-terroristes.

En 1996, est institué en France le délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Les lois anti-terroristes, promulguées en 2001, comme le Patriot Act aux Etats-Unis ou la « décision-cadre » adoptée par la Commission Européenne, banalisent encore un peu plus l’arsenal sécuritaire et donnent une définition très vague du terrorisme, se prêtant à de multiples interprétations. Elles criminalisent de fait toute forme de contestation. Grâce à ces lois scélérates, un État peut interner une personne, la mettre au secret, sans aucun moyen de se défendre, alors même qu’elle n’a commis aucun délit. C’est le retour aux lettres de cachet de la monarchie. C’est le retour au 18ème siècle !

Aujourd’hui Tarnac, et demain ?

Si nous n’y prenons garde, si nous laissons ce système vivre tel qu’il est, nous nous réveillerons, trop tard, dans un monde de mort, sur une planète désertifiée où chaque plante sera la propriété de multinationales, où chacun aura peur de l’autre, au sein de mégapoles truffées de caméras de vidéo-surveillance, où une police omniprésente pourra surveiller les moindres faits et gestes et où tout contestataire à cet ordre nouveau sera embastillé sous prétexte de terrorisme. Déjà ils veulent ficher les homosexuels, les syndicalistes, les membres d’associations, et ce à partir de 13 ans comme dans le fichier Edvige !

Mais il arrive que le vent tourne. À nous d’en faire une tempête.

ABOLITION DES LOIS SCÉLÉRATES !

LIBERTÉ POUR YLDUNE LÉVY ET JULIEN COUPAT !

Voir en ligne : http://www.soutien11novembre-oc.org...