Soutien aux inculpés du 11 Novembre : Comment nous soutenir
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
Nous soutenir
DANS CETTE RUBRIQUE :
Comment nous soutenir

mercredi 24 décembre 2008, par soutien11novembre

DERNIERES NOUVELLES

Tarnac, le 27 avril 2010

Cela fait longtemps que nous aurions dû vous donner des nouvelles, mais les urgences judiciaires qui nous ont mobilisé jusqu’à décembre dernier nous en ont ôté le temps, et le relâchement qui s’en est suivi nous en a ravi l’énergie. Le 18 décembre dernier, la cour d’appel de Paris a réduit les contrôles judiciaires qui avaient projeté les inculpés aux quatre coins de la France dans des existences de malheur, entre commissariat, isolement et domiciles absurdes, à « l’interdiction de se recevoir et d’entrer en relation les uns avec les autres ». Ceux qui venaient de Tarnac ont ainsi pu y revenir et reprendre une existence certes partiellement dévastée, mais non plus insensée. Cette décision de la cour d’appel survenue après la publication d’une lettre le 3 décembre dans Le Monde où les inculpés expliquaient pourquoi ils cessaient de respecter les contrôles judiciaires a été interprétée, sans doute un peu rapidement, comme le début de la fin de cette affaire démente. D’où, du côté des soutiens, un relâchement logique après une année de mobilisation.

A posteriori, cette décision prend un tout autre sens. L’instruction continue, sa fin a été repoussée sine die, elle durera en fait jusqu’à temps que le parquet et les juges antiterroristes estiment qu’ils ont accumulé assez d’éléments de tous ordres pour, d’après leurs critères arbitraires, traîner les inculpés devant leurs tribunaux, jusqu’à temps aussi que la police estime les mis en examen suffisamment neutralisés. Puisque l’on n’a rien trouvé, à ce jour, à leur reprocher en France, la nouvelle grande idée est de construire la fiction d’une conspiration anarchiste internationale dont Tarnac serait le coeur. Et puisque les inculpés ne se laisseront jamais réduire à des existences assez innocentes pour qu’un juge antiterroriste ne trouve rien à y redire, le temps de la justice joue contre eux.

Face à la machine judiciaire, la révélation des faux, des témoignages arrangés ou des barbouzeries qui font la trame du dossier ne compte à ce jour pour rien. Les charges de « dégradation en réunion à visée terroriste », d’ « association de malfaiteur en vue de préparer des actes terroristes » ou de « direction d’une entreprise terroriste » demeurent comme un couperet sur les existences des inculpés, avec tout de même de 10 à 20 ans de taule à la clef pour certains d’entre eux. Les juges viennent d’ailleurs, à tout hasard, de relancer une série d’auditions où ils posent les mêmes questions qu’au premier jour, comme pour faire sentir que, de la part d’un pouvoir finissant, la détermination à écraser dans l’oeuf toute tentative collective un peu prometteuse reste entière.

Grâce à votre soutien, l’écrasement qu’avait programmé un peu à la légère le ministère de l’Intérieur n’a pas eu lieu. Le coup d’Etat miniature qui consiste à se légitimer à l’avenir par la répression d’un nouvel ennemi intérieur à profil anarchoïde n’a pas marché. La contre-révolution n’a pas encore trouvé l’assentiment général. Grâce à vos dons, grâce aux recettes récoltées lors de concerts, de repas, de projections de soutien, de débats, le comité de soutien de Tarnac a pu faire parvenir des mandats aux inculpés emprisonnés, payer les frais d’avocats, certains déplacements des inculpés, l’organisation de manifestations diverses, etc.

L’affaire promettant, finalement, de durer, nous allons continuer à avoir besoin de votre soutien, notamment financier. Cette forme de solidarité, si elle n’est plus si courante dans le monde tel qu’il va, est du moins une forme connue. Ce qui reste à inventer, et nous sommes ouverts pour cela à toutes les rencontres, à toutes les suggestions, à toutes les initiatives, ce sont les formes d’organisation, de partage, de lutte, telles que le pouvoir ne tente même plus le genre d’opérations qu’il a tenté ici, ou à Villiers-Le-Bel.

SOUTIEN FINANCIER

Vous pouvez envoyer des chèques libéllés à l’ordre du “Comité de soutien aux inculpés de Tarnac” a l’addresse suivante :

Comité de soutien aux inculpés de Tarnac, le bourg, 19170 Tarnac.