Soutien aux inculpés du 11 Novembre : du mercredi 21 janvier à Saint-Etienne
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
LES NOUVELLES DU COMITE
Introduction de la soirée Projection-Débat
du mercredi 21 janvier à Saint-Etienne

lundi 19 janvier 2009 , par Comité stéphanois

Le 11 septembre 2001, deux avions s’encastraient dans les tours jumelles du World Trade Center qui ne tardèrent pas à s’effondrer sur elles-mêmes. Peu après que ce centre de la finance états-unienne et internationale fût frappé, le Pentagone, bâtiment central de la défense américaine, fut touché à son tour, puis un avion détourné s’écrasait en Pennsylvanie avant qu’encore un peu plus tard une troisième tour s’effondrât à New-York, pourtant sans avoir été frappée par quoi que ce soit.

Six semaines environ après ces « événements », le Patrioct’Act, un outil législatif visant officiellement à renforcer le contrôle et la répression des terroristes, rejoignait la longue liste des divers instruments répressifs dont les États et la domination en générale ont l’habitude de se doter, le plus souvent à seule fin de maintenir leur règne.

Aujourd’hui, c’est l’occident dans son ensemble qui vit sous les fourches caudines de ces lois soi-disant anti-terroristes. L’objet réel de telles lois n’est pas de protéger les peuples d’éventuelles attaques islamisto-intégristes ou autres. Non. Il s’agit bien plutôt pour la domination étatico-marchande de se protéger elle-même des contestations politico-sociales de son « ordre » qui apparaissent ça et là aux quatre coins du monde.

D’année en année, les arrestations de contestataires se multiplient qui tombent sous le joug de ces lois anti-terroristes. Arbitrairement emprisonnées, mises en examen, inculpées, ces personnes n’ont dans la plupart des cas, pour ne pas dire dans tous, rien manifesté d’autre que leur mécontentement devant un monde qui ne reconnaît guère d’autres types de relations humaines que celles qui nous « marchandisent », et nient absolument par là le réel de notre humanité.

L’affaire du 11 novembre dernier à Tarnac n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres de cet acharnement répressif, non pas aveugle, mais qui va même jusqu’à reléguer au loin un « pacte » républicain qui n’avait pourtant déjà rien d’une joyeuse communauté du don.

Nous ne pouvons plus nous coucher devant l’inacceptable. Tout le pouvoir aux communes.

Comité de soutien stéphanois