Soutien aux inculpés du 11 Novembre : « Terroriste : C’est quoi cette arnaque ? »
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
Manif/Action
le 20 janvier 2009
Palais de Justice
« Terroriste : C’est quoi cette arnaque ? »
de 14h à 16h

mardi 20 janvier 2009 , par STARNAC

Mardi 20/01/09 de 14h à 16h

« Terroriste : C’est quoi cette arnaque ? »

RdV Palais de Justice

Cible : ETAT / Justice

PDF - 102.7 ko
Cinquième_tract_recto
Tract spécifique destiné aux personnes qui entreront ou passeront à proximité du Palais de Justice de Chalon.

- La justice et la Police, l’état inquiètent : Présomption d’innocence, absence de preuves ? Existe-t-il un fichier de terroristes présumé-e-s du 71 ?

Yldune sort, Julien reste en prison

Que fait la justice ?

« De la cellule invisible au terrorisme invisible »

Dans l’affaire du « groupe de Tarnac », l’instrumentalisation consentie de la justice - à la suite d’une opération de « police réalité » opportunément médiatisée par la ministre de l’Intérieur - semble avoir atteint son paroxysme.

Pour mémoire, après avoir subi une garde à vue dérogatoire de 96 heures, neuf personnes ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » (dans l’enquête sur les dégradations contre des lignes TGV). Cinq ont été incarcérées et les autres placées sous contrôle judiciaire. Le 2 décembre, trois des 5 incarcérés ont été libérés sous contrôle judiciaire. Tandis qu’Yldune Lévy et Julien Coupat, chef-e-s des « anarcho-autonomes » restent prisonnier-e-s. L’infraction de dégradation est dans cette affaire passée au second plan. La première étant la supposée appartenance à un groupe plus ou moins organisé menant une entreprise de critique sociale. Le 19 décembre 2008, le juge des libertés et de la détention (JLD) ordonne la remise en liberté de Julien Coupat. Le parquet pose un référé-détention. Julien reste en prison. Yldune, elle n’a toujours pas vu de juge d’instruction et doit donc être maintenue prisonnière.

Mercredi 14 janvier 2009, après maintes demandes de remise en liberté, le juge d’instruction antiterroriste en charge de ce dossier ordonne la remise en liberté de la jeune femme, détenue à la maison d’arrêt de Fleury Mérogis. Mais le parquet fait appel sous forme d’un « Référé-Détention »... Enfin, la cour d’appel de Paris a ordonné, vendredi 16 janvier 2009 la remise en liberté sous contrôle judiciaire d’Yldune Levy (mais suspens, à nouveau le parquet fait appel...).

Le même jour, la demande de Julien Coupat a été rejetée par le JLD . Il est pourtant mis en examen pour les mêmes motifs qu’Yldune Lévy : « destruction en réunion et association de malfaiteurs à visée terroriste ».

Des neuf personnes soupçonnées d’avoir saboté des lignes SNCF à grande vitesse et mises en examen, il est le seul à rester en détention. Nous dénoncons l’entêtement de la Ministre de l’Intérieur et du Parquet de Paris à vouloir maintenir Julien en prison et une qualification des faits volontairement disproportionnée.

Mais c’est quoi cette arnaque ?

Nous réclamons la libération de Julien Coupat

Nous réclamons la requalification des faits pour tous !

Pour signer la pétition : http://www.soutien11novembre.org/

Plus d’info sur : www.chalon-oxygene.org

Voir en ligne : http://www.chalon-oxygene.org