Soutien aux inculpés du 11 Novembre : Communiqué du Comité de soutien aux inculpés de Tarnac
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
LES NOUVELLES DU COMITE
Communiqué du Comité de soutien aux inculpés de Tarnac

mercredi 31 décembre 2008 , par soutien11novembre

(adoption lors de la 1ère réunion, mardi 25/11/2008)

A l’aube du 11 novembre, 150 policiers cagoulés ont encerclé le village de Tarnac (350 habitants) en Corrèze, en plein centre de la France. A leur suite, une brigade de la police scientifique, des chiens renifleurs d’explosifs, un hélicoptère et une nuée de journalistes. Ces derniers n’avaient toutefois pas eu le temps de sortir leurs micro que déjà les dépêches AFP vendaient le scoop : les « dangereux saboteurs du rail » ont été débusqués et arrêtés.

Cette opération spectaculaire a eu lieu à la suite de dommages commis sur des câbles électriques de la SNCF, qui avaient entraîné une perturbation du trafic ferroviaire les jours précédents, dans un contexte de grogne des cheminots.

Un jour entier, le petit village a été isolé du monde par des barrages de police. Sur 20 personnes interpellées, 9 ont été emmenées dans les locaux de la police judiciaire à Paris pour subir quatre jours d’interrogatoires (temps maximum récemment autorisé par la loi pour une enquête terroriste). Les personnes qui ont été arrêtées vivaient en communauté ; certains travaillaient à la ferme du Goutailloux, d’autres à l’épicerie du village qu’ils avaient reprise à sa fermeture et où ils servaient tous les jours des repas ouvriers.

Piétinant la présomption d’innocence aussi bien que le simple bon sens, les médias ont relayé deux jours durant les discours de la ministre de l’Intérieur et du chef de l’État, qui se sont empressés de saluer cette enquête éclair, ont « félicité la police et la gendarmerie pour leur diligence » et se sont « réjouis des progrès rapides et prometteurs de l’enquête », tandis qu’un responsable syndical exprimait son soulagement à ne voir figurer aucun cheminot parmi les prévenus. Avant même le début de la garde à vue, l’affaire semblait entendue.

Mais moins de deux jours après, force était de reconnaître de source judiciaire qu’aucune des preuves attendues n’était venue conforter les affirmations des policiers ; ni flagrant délit, ni trace ADN, ni aveux, le dossier ne se fonde plus que sur l’enquête de police et sur des soupçons.

L’on assiste dès lors à une surenchère de discours tenant lieu de pièces à conviction : dans la presse, on est passé « d’actes de malveillance » à « actes terroristes ». S’il y a communauté, il ne peut s’agir que d’« une secte ». S’ils n’ont pas de portable, ce n’est pas un choix de vie mais parce que ce sont des « pros de la clandestinité ». Ils ont une épicerie ? Oui, mais « tapie dans l’ombre » (le Figaro, 12/11). A cela s’ajoute un classique éculé, la construction de la figure du « leader charismatique » : le principal prévenu est accusé d’être le « dirigeant » d’une inconcevable « cellule invisible » ayant pour objet la « lutte armée », dont les cinq personnes aujourd’hui en détention seraient le « noyau dur ». Ce qui peut valoir « jusqu’à 20 ans de prison » (le procureur Jean-Claude Marin, dans Libération, 15/11).

Avec le comité de soutien de Tarnac à l’appel duquel nous répondons, nous ne pouvons que constater la démesure, grotesque ou tragique, qui entoure cette affaire :

Démesure entre les actes reprochés et leurs qualifications, entre les preuves fournies par l’accusation et les procès d’intention faits aux inculpés, entre l’ampleur de l’opération « Taïga » digne d’un raid en Irak et l’existence tout sauf clandestine des personnes qu’elles visaient.

Après une semaine de délire et de surenchère généralisée, la presse change un peu de ton, grâce d’ailleurs à la lucidité salutaire de certaines interventions (nous pensons au philosophe Giorgio Agamben, dans le Libération du 19, ou à un article de M. Quadruppani, sur le site Rue89 le 18...) et à l’indignation d’un grand nombre de lecteurs anonymes choqués par le traitement médiatique de cette affaire. Mais cinq des inculpés, eux, restent en détention. Une détention qualifiée de « provisoire » mais qui peut s’étendre en France, pour les affaires qualifiées de « terrorisme », jusqu’à 4 ans et huit mois...

Dans un contexte de crise générale allant s’approfondissant et face aux désaveux de sa politique, l’Etat français a besoin pour se soutenir de la constitution d’un nouvel ennemi intérieur. Le « terrorisme islamique », la « racaille des banlieues » ne suffisent plus : la « résurgence d’une mouvance anarcho-autonome » (décrétée par Michèle Alliot-Marie, ministre française de l’Intérieur) semble arriver à point nommé. Si l’affaire de Tarnac paraît « montée de toute pièce » il y a derrière un enjeu de taille. En faisant, d’une part, coïncider toujours davantage la figure du suspect et celle du coupable, l’Etat installe la peur dans les milieux contestataires. D’autre part, en faisant passer pour terroristes des actes qui relèvent plutôt du blocage, et qui s’inscrivent dans la continuité de gestes qui ont toujours existés dans les luttes sociales (blocages de la gare du midi par les étudiants de l’ULB ces mois derniers à Bruxelles, blocages autoroutiers en France pendant le CPE…). Il diabolise toute contestation qui ne se condamnerait pas d’avance à rester symbolique ; il s’agit là de distiller la peur dans l’opinion publique. Pour ce faire, rien de tel qu’une opération comme celle du 11 novembre ; opération dont la démesure est elle-même une opération visant à conforter, aussi a posteriori, l’introduction de ces « lois d’exception ».

Les lois d’exception s’appliquent bien sûr aussi en Belgique. La Belgique a été l’un des premier pays à suivre avec zèle les directives européennes invitant à se doter de nouvelles mesures anti-terroristes. Affirmer maintenant notre solidarité avec ceux qui se trouvent en ce moment sous le coup de ces mesures indique aussi bien que nous nous organisons pour résister, ici, à leur mise en œuvre.

En écho avec le comité de soutien de Tarnac, nous demandons la libération immédiate de tous les inculpés et la levée des poursuites en matière de terrorisme.

Le Comité de Soutien aux Inculpés du 11 Novembre – Bruxelles

soutien11novembre(at)bruxxel.org