Soutien aux inculpés du 11 Novembre : Sabotons l’anti-terrorisme avec rage et joie ! (Grenoble, janvier 2009)
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
LES NOUVELLES DU COMITE
Sabotons l’anti-terrorisme avec rage et joie ! (Grenoble, janvier 2009)

lundi 30 mars 2009 , par grre

Voici le premier texte du collectif grenoblois, qui appelait en janvier 2009 à la solidarité avec tou-te-s les inculpé-e-s de l’anti-terrorisme.


Sabotons l’anti-terrorisme avec rage et joie !

Suite à une série de sabotages effectués sur des lignes SNCF, la SDAT [1] a perquisitionné plusieurs habitations (notamment à Tarnac, en Corrèze) et arrêté une dizaine de personnes le 11 novembre dernier. Neuf personnes ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Deux d’entre elles, Yildune et Julien, sont en prison. Ces arrestations s’inscrivent dans le tourbillon judiciaire qui vise des milieux politiques subversifs. Depuis janvier 2008, six personnes ont été mises en examen dans le cadre d’une instruction anti-terroriste. Isa est en prison depuis le 21 janvier 2008. Elle est accusée (ainsi que Juan et Damien), de la tentative d’incendie d’une dépanneuse de police à Paris pendant les élections présidentielles de 2007, et d’avoir eu en sa possession des plans d’un établissement pénitentiaire pour mineurs, du chlorate de soude (produit servant à fabriquer des fumigènes) et des manuels de sabotage. L’enquête est toujours en cours, aucune date de procès n’est fixée pour le moment. Ni pour elle, ni pour les autres accusés reliés à cette affaire : Damien et Juan, emprisonnés également [2], et trois autres personnes placées sous contrôle judiciaire. Il s’agit d’une des enquêtes sous régime anti-terroriste (dont l’affaire dite de Tarnac n’est que la plus visible) qui concernent la « mouvance anarcho-autonome », catégorie policière utilisée pour désigner des personnes fichées pour leur participation à des luttes sociales. Ces affaires ont été couvertes par un fort tapage médiatico-politique, participant à la stigmatisation des inculpé-e-s et à la création d’un nouvel ennemi intérieur (les services des renseignements et la Ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie accusant les inculpé-e-s d’appartenir à la « MAAF – Mouvance anarcho-autonome francilienne » et à la « Cellule Invisible », groupes inventés de toutes pièces par la SDAT pour justifier leurs procédures anti-terroristes).

L’anti-terrorisme est un ensemble de lois qui permettent des enquêtes larges, des arrestations aléatoires, des détentions préventives longues et des chefs d’inculpation vagues comme « trouble grave à l’ordre public ». Nous parlons d’un outil « anti-terroriste » qui, dans les mains de la police et de politicien-ne-s, peut facilement cibler des personnes qui s’organisent, se rassemblent sur des bases politiques communes et expriment un désaccord irréductible avec les politiques institutionnelles. Ce procédé, qui est en train de se généraliser, fait de l’anti-terrorisme un outil pour gouverner par la peur, le contrôle et la punition préventive. Cette méthode, utilisée par l’Etat pour frapper encore plus fort, se place dans la continuité des attaques policières qui visent une grande partie de la population.

Si nous nous organisons aujourd’hui pour des journées d’agitation sans frontières, comme dans beaucoup d’autres villes de France et d’ailleurs, c’est pour exprimer notre solidarité avec les personnes mises en examen, face à une répression qui nous concerne tou-te-s. Il nous semble important d’exiger dans un premier temps la libération des personnes emprisonnées, ainsi que la fin des poursuites judiciaires.

Tandis que l’Etat cherche à imposer la peur et un ordre basé sur des oppressions et des inégalités, nous considérons qu’une des meilleures façons d’exprimer notre solidarité avec les personnes emprisonnées est de continuer à lutter sans nous laisser intimider par tous ces outils répressifs.

Nous appelons à des actions de solidarité jusqu’à la libération des prisonnier-e-s. Que chacun-e agisse comme bon lui semble !

Liberté pour Damien, Isa, Juan, Julien et Yildune !

Notes :
[1] Sous-Direction Anti-Terroriste.
[2] Isa et Juan sont des pseudonymes.

Tract à télécharger ici en PDF.

Voir en ligne : Sabotons l’anti-terrorisme avec rage et joie !