Soutien aux inculpés du 11 Novembre : Qu’est-ce que le GRRE ? Groupe de Résistance à la Répression de l’Etat
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
LES NOUVELLES DU COMITE
Qu’est-ce que le GRRE ? Groupe de Résistance à la Répression de l’Etat

lundi 30 mars 2009 , par grre

Contexte

Le 11 novembre 2008, suite à des sabotages sur des lignes TGV, une opération médiatico-policière est menée à Tarnac, Rouen et Paris. Plusieurs personnes sont inculpées pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » dans le cadre de ce que la police et les médias appellent la « mouvance anarcho-autonome ». A ce jour, Julien est encore en détention préventive et tou-te-s sont en attente d’une date de procès.

D’autres arrestations, pour des chefs d’inculpation similaires, ont eu lieu auparavant, notamment sur Paris : depuis le mois de janvier 2008, six autres personnes ont été arrêtées et incarcérées. Toutes sont en attente d’un procès, et deux d’entre elles sont toujours en détention préventive.

A Grenoble, un collectif de solidarité (le GRRE) s’est constitué autour de ces affaires en janvier 2009.

Solidarité avec tou-te-s les inculpé-e-s

Autour de ces affaires, le GRRE souhaite se positionner sur la sphère politique, et non judiciaire. La question n’est pas de déterminer qui a commis les actes de sabotage, ni d’affirmer leur culpabilité ou leur innocence. Nous respectons de toute façon le choix de plaidoirie que feront ces personnes devant la justice. Le GRRE soutient politiquement, et financièrement (dans la mesure de ses moyens...), les personnes qui se voient étiquées « terroristes » à cause de leur engagement politique.

S’ils ont connu un fort tapage médiatique et politique, les évènements de Tarnac ne sont qu’une zone de cristallisation d’un phénomène beaucoup plus vaste. Le GRRE refuse de personnifier les luttes politiques. Notre volonté est de soutenir tou-te-s les inculpé-e-s, et en particulier celles et ceux dont les affaires ont été peu médiatisées.

Contre la machine anti-terroriste

Depuis 1986, le gouvernement utilise une terminologie autour du mot « terrorisme » pour faire passer des lois liberticides et répressives, sous couvert de sécurité nationale. Le GRRE se positionne contre la criminalisation et le muselage de nos idées, de nos modes de vie et de nos actions. Il encourage à lutter contre le contrôle des populations, contre toutes les formes de répression.

La désobéissance est nécessaire

Alors que les lois actuelles tendent à saper tout engagement politique en dehors des partis et syndicats, le GRRE considère qu’il est nécessaire pour toute personne ou tout groupe qui ressent une oppression de recourir de manière autonome à des formes d’actions de résistance, de lutte et de solidarité.

Le GRRE se donne actuellement comme objectifs pratiques :
- soutien politique et financier aux inculpé-e-s
- transmission / diffusion d’informations et de prises de position
- organisation d’actions

Mars 2009 - GRRE (Groupe de Résistance à la Répression de l’Etat)
collectifgrre at riseup point net