Soutien aux inculpés du 11 Novembre : A propos de la répression, de nos peurs et de nos forces
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
Sur le web
Médias alternatifs
DANS CETTE RUBRIQUE :
A propos de la répression, de nos peurs et de nos forces

mardi 28 avril 2009, par Tout doit partir

Lorsque nous [1] sentons l’haleine fétide de la répression dans le creux de notre nuque, nous nous retrouvons souvent acculé.e.s dans les cordes avec ce besoin et ce désir de réagir. Pourtant notre manque de perspectives ou de réflexions collectives hors urgences et attaches sentimentales nous font souvent courir dans tous les sens. Perdant, alors, nos forces au long du chemin, mais surtout suivant un chemin qui ne mène nulle part. Pour les plus jeunes d’entre nous, c’est la première fois que nous sommes confronté.e.s à la répression ou, tout du moins, que cette question est posée sur la table. Très bien. Profitons-en donc pour réfléchir à nouveau ensemble sur nos postures face à la répression. Tout d’abord, pour que le débat puisse nous intéresser, il nous faut poser le problème sur un terrain qui est le nôtre et arrêter de le penser dans les termes du pouvoir. Pour nous, la répression n’est jamais juste ou injuste. Elle est en tant que telle partie intégrante du statu quo d’un système basé sur la domination et l’exploitation. Elle est la menace permanente qui paralyse ou la contrainte physique pour tous les déviants, pour toutes personnes qui ne peut ou ne veut s’adapter aux règles qui nous sont imposées. Il n’y a donc pas de répression “abusive”, pas plus que de “dérapage répressif” ; il y a la répression et son rôle de maintien de l’ordre.

Voir en ligne : http://grenoble.indymedia.org/2009-...