Soutien aux inculpés du 11 Novembre
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
Nous soutenir
DANS CETTE RUBRIQUE :
VOIR AUSSI LES RUBRIQUES:
Nous contacter

samedi 5 décembre 2009, par soutien11novembre


Appel à contributions graphiques

mercredi 24 décembre 2008, par soutien11novembre

Dans ce contexte, nous appelons tous les illustrateurs, graphistes, caricaturistes et amateurs à réagir avec leurs mots, leurs images et leur coup de crayon de deux manières :

Immédiatement :

En créant dans les plus brefs délais une affiche qui pourra devenir celle du comité de soutien et pourra servir à l’annonce de toutes sorte d’évenements (concerts, réunions, manifestations...)

A partir de maintenant et tout au long de la lutte :

En produisant un maximum de visuels sur tout ce que cette affaire leur inspire. (Analyses, coups de gueule sous forme de caricatures, affiches, etc) qui pourront être repris sur différents supports pour être distribués ou vendus selon les besoins du comité de soutien).

Une sélection des créations graphiques apportées au comité de soutien seront mises en ligne sur le site du comité de soutien, afin que qui le veut les télécharge et imprime par ses propres moyens.

Ce projet est basé sur la libre participation, la libre reproduction et la libre diffusion des créations proposées. En terme de propriété intellectuelle, en envoyant leurs créations, les participants acceptent de les mettre sous licence Copyleft (Licence Art Libre) ou Creative Commons, au choix. Les créations sous Copyright, vu ses caractères restrictifs, ne seront pas acceptées.

- Pour en savoir sur la licence Copyleft/Art libre, voir ici : http://artlibre.org/licence/lal

- Pour en savoir sur les licences licence Creatives Commons, voir ici : http://fr.creativecommons.org/descr...

Envoi des affiches

Vous pouvez envoyer vos travaux par mail à l’adresse soutiengraphique.tarnac@gmail.com Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

# une version imprimable/en haute résolution (format jpg, svg ou pdf, (300 dpi minimum). Ce fichier servira pour la reproduction de l’affiche (en photocopie, en sérigraphie et en offset) et sera téléchargeable via le site www.soutien11novembre.org

# une version en basse résolution (format png ou jpg) couleur ou n&b (72 dpi - largeur max 600 pixels). Cette image sera directement visible à l’écran sur le site.

Affiche générique des comités de soutien : Fiche technique

Nous avons établi un cahier des charges pour cette affiche afin qu’elle soit réalisée le plus rapidement possible et qu’elle corresponde aux objectifs du comité de soutien. Nous vous proposons de le suivre, mais nous admettons bien sûr que ces contraintes soient contournées.

Contenu :

Outre le visuel et un message qui vous sera inspiré par l’affaire, nous aimerions voir figurer un texte explicatif dont nous vous donnons ci-dessous une version, a titre d’exemple et de trame pour ce qu’il y aurait à dire :

Lois anti-terroristes : Un régime d’exception

Apres une enquete eclair suite à des sabotages sans gravité sur les lignes TGV, et une enquête beaucoup plus longues sur leur mode d’existence, 10 personnes sont arrêtées à Tarnac, Rouen et Paris. Le ministère assène, tous les médias relaient. Les lois antiterroristes donnent dans cette affaire toute lattitude à la police. Des opinions deviennent des preuves, les gardes à vue de 96 heures tournent à la torture psychologique, prendre part à une mouvance est en soi un délit. 9 personnes sont mises en examen. 5 sont en prison.

Nous refusons la mise en place d’un Etat d’exception et exigeons : Le retrait des chef d’inculpation pour terrorisme. La libération des personnes incarcérées.

Que de partout et de mille manières, des voix s’élèvent pour les soutenir. »

Enfin nous souhaitons que figurent les contacts du comité de soutien :

www.soutien11novembre.org 11novembre-soutien(at)gmx.com Soutien aux inculpés de Tarnac Le Bourg 19170 Tarnac

Format :

L’affiche sera imprimée au maximum en 40x60. Travailler de préférence dans cette taille.

Technique d’impression :

Sérigraphie maximum 2 couleurs (formant éventuellement une troisième par superposition). Pour ceux qui ne connaissent pas : Cette technique impose de travailler en aplats et contours. Elle n’admet pas facilement les crayonnés et dégradés (qui sont traités en trame) – à éviter.

L’affiche pourra aussi être imprimée en photocopie, couleur ou noir et blanc, voire en offset.

Portfolio

Comment nous soutenir

mercredi 24 décembre 2008, par soutien11novembre

DERNIERES NOUVELLES

Tarnac, le 27 avril 2010

Cela fait longtemps que nous aurions dû vous donner des nouvelles, mais les urgences judiciaires qui nous ont mobilisé jusqu’à décembre dernier nous en ont ôté le temps, et le relâchement qui s’en est suivi nous en a ravi l’énergie. Le 18 décembre dernier, la cour d’appel de Paris a réduit les contrôles judiciaires qui avaient projeté les inculpés aux quatre coins de la France dans des existences de malheur, entre commissariat, isolement et domiciles absurdes, à « l’interdiction de se recevoir et d’entrer en relation les uns avec les autres ». Ceux qui venaient de Tarnac ont ainsi pu y revenir et reprendre une existence certes partiellement dévastée, mais non plus insensée. Cette décision de la cour d’appel survenue après la publication d’une lettre le 3 décembre dans Le Monde où les inculpés expliquaient pourquoi ils cessaient de respecter les contrôles judiciaires a été interprétée, sans doute un peu rapidement, comme le début de la fin de cette affaire démente. D’où, du côté des soutiens, un relâchement logique après une année de mobilisation.

A posteriori, cette décision prend un tout autre sens. L’instruction continue, sa fin a été repoussée sine die, elle durera en fait jusqu’à temps que le parquet et les juges antiterroristes estiment qu’ils ont accumulé assez d’éléments de tous ordres pour, d’après leurs critères arbitraires, traîner les inculpés devant leurs tribunaux, jusqu’à temps aussi que la police estime les mis en examen suffisamment neutralisés. Puisque l’on n’a rien trouvé, à ce jour, à leur reprocher en France, la nouvelle grande idée est de construire la fiction d’une conspiration anarchiste internationale dont Tarnac serait le coeur. Et puisque les inculpés ne se laisseront jamais réduire à des existences assez innocentes pour qu’un juge antiterroriste ne trouve rien à y redire, le temps de la justice joue contre eux.

Face à la machine judiciaire, la révélation des faux, des témoignages arrangés ou des barbouzeries qui font la trame du dossier ne compte à ce jour pour rien. Les charges de « dégradation en réunion à visée terroriste », d’ « association de malfaiteur en vue de préparer des actes terroristes » ou de « direction d’une entreprise terroriste » demeurent comme un couperet sur les existences des inculpés, avec tout de même de 10 à 20 ans de taule à la clef pour certains d’entre eux. Les juges viennent d’ailleurs, à tout hasard, de relancer une série d’auditions où ils posent les mêmes questions qu’au premier jour, comme pour faire sentir que, de la part d’un pouvoir finissant, la détermination à écraser dans l’oeuf toute tentative collective un peu prometteuse reste entière.

Grâce à votre soutien, l’écrasement qu’avait programmé un peu à la légère le ministère de l’Intérieur n’a pas eu lieu. Le coup d’Etat miniature qui consiste à se légitimer à l’avenir par la répression d’un nouvel ennemi intérieur à profil anarchoïde n’a pas marché. La contre-révolution n’a pas encore trouvé l’assentiment général. Grâce à vos dons, grâce aux recettes récoltées lors de concerts, de repas, de projections de soutien, de débats, le comité de soutien de Tarnac a pu faire parvenir des mandats aux inculpés emprisonnés, payer les frais d’avocats, certains déplacements des inculpés, l’organisation de manifestations diverses, etc.

L’affaire promettant, finalement, de durer, nous allons continuer à avoir besoin de votre soutien, notamment financier. Cette forme de solidarité, si elle n’est plus si courante dans le monde tel qu’il va, est du moins une forme connue. Ce qui reste à inventer, et nous sommes ouverts pour cela à toutes les rencontres, à toutes les suggestions, à toutes les initiatives, ce sont les formes d’organisation, de partage, de lutte, telles que le pouvoir ne tente même plus le genre d’opérations qu’il a tenté ici, ou à Villiers-Le-Bel.

SOUTIEN FINANCIER

Vous pouvez envoyer des chèques libéllés à l’ordre du “Comité de soutien aux inculpés de Tarnac” a l’addresse suivante :

Comité de soutien aux inculpés de Tarnac, le bourg, 19170 Tarnac.

Pétition

mercredi 24 décembre 2008, par soutien11novembre

Une opération récente, largement médiatisée, a permis d’arrêter et d’inculper neuf personnes, en mettant en œuvre la législation antiterroriste. Cette opération a déjà changé de nature : une fois établie l’inconsistance de l’accusation de sabotage des caténaires, l’affaire a pris un tour clairement politique. Pour le procureur de la République, « le but de leur entreprise est bien d’atteindre les institutions de l’État, et de parvenir par la violence – je dis bien par la violence et non pas par la contestation qui est permise – à troubler l’ordre politique, économique et social ».

Une opération récente, largement médiatisée, a permis d’arrêter et d’inculper neuf personnes, en mettant en œuvre la législation antiterroriste. Cette opération a déjà changé de nature : une fois établie l’inconsistance de l’accusation de sabotage des caténaires, l’affaire a pris un tour clairement politique. Pour le procureur de la République, « le but de leur entreprise est bien d’atteindre les institutions de l’État, et de parvenir par la violence – je dis bien par la violence et non pas par la contestation qui est permise – à troubler l’ordre politique, économique et social ».

La cible de cette opération est bien plus large que le groupe des personnes inculpées, contre lesquelles il n’existe aucune preuve matérielle, ni même rien de précis qui puisse leur être reproché. L’inculpation pour « association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste » est plus que vague : qu’est-ce au juste qu’une association, et comment faut-il entendre ce « en vue de » sinon comme une criminalisation de l’intention ? Quant au qualificatif de terroriste, la définition en vigueur est si large qu’il peut s’appliquer à pratiquement n’importe quoi – et que posséder tel ou tel texte, aller à telle ou telle manifestation suffit à tomber sous le coup de cette législation d’exception.

Les personnes inculpées n’ont pas été choisies au hasard, mais parce qu’elles mènent une existence politique. Ils et elles ont participé à des manifestations – dernièrement, celle de Vichy, où s’est tenu le peu honorable sommet européen sur l’immigration. Ils réfléchissent, ils lisent des livres, ils vivent ensemble dans un village lointain. On a parlé de clandestinité : ils ont ouvert une épicerie, tout le monde les connaît dans la région, où un comité de soutien s’est organisé dès leur arrestation. Ce qu’ils cherchaient, ce n’est ni l’anonymat, ni le refuge, mais bien le contraire : une autre relation que celle, anonyme, de la métropole. Finalement, l’absence de preuve elle-même devient une preuve : le refus des inculpés de se dénoncer les uns les autres durant la garde à vue est présenté comme un nouvel indice de leur fond terroriste.

En réalité, pour nous tous cette affaire est un test. Jusqu’à quel point allons-nous accepter que l’antiterrorisme permette n’importe quand d’inculper n’importe qui ? Où se situe la limite de la liberté d’expression ? Les lois d’exception adoptées sous prétexte de terrorisme et de sécurité sont elles compatibles à long terme avec la démocratie ? Sommes-nous prêts à voir la police et la justice négocier le virage vers un ordre nouveau ? La réponse à ces questions, c’est à nous de la donner, et d’abord en demandant l’arrêt des poursuites et la libération immédiate de celles et ceux qui ont été inculpés pour l’exemple

signer la pétition

Pour ceux qui ont déjà envoyé un mai, ils seront dans l’obligation de reconfirmer leur signature sur le lien ci-dessu.

Avis important concernant les mails destinés à signer la pétition. Il ne faut plus en envoyer à l’adresse mail.

PREMIERS SIGNATAIRES

Giorgio Agamben, philosophe

Alain Badiou, philosophe

Jean-Christophe Bailly, écrivain

Anne-Sophie Barthez, professeur de droit

Miguel Benasayag, écrivain

Daniel Bensaïd, philosophe

Luc Boltanski, sociologue

Judith Butler, philosophe

Pascale Casanova, critique littéraire

François Cusset, philosophe

Christine Delphy, sociologue

Isabelle Garo, philosophe

François Gèze, éditions La Découverte

Jean-Marie Gleize, professeur de littérature

Eric Hazan, éditions La Fabrique

Rémy Hernu, professeur de droit

Hugues Jallon, éditions La Découverte

Stathis Kouvelakis, philosophe

Nicolas Klotz, réalisateur

Frédéric Lordon, économiste

Jean-Luc Nancy, philosophe

Bernard Noël, poète

Dominique Noguez, écrivain

Yves Pagès, éditions Verticales

Karine Parrot, professeur de droit

Jacques Rancière, philosophe

Jean-Jacques Rosat, philosophe

Carlo Santulli, professeur de droit

Rémy Toulouse, éditions Les Prairies ordinaires

Enzo Traverso, historien

Jérôme Vidal, éditions Amsterdam

Slavoj Zizek, philosophe

Frederic Neyrat, philosophe

Anne Steiner, sociologue, Université Paris X

Said Bouamama, sociologue

Corinne Maier, auteure

Arnaud Viviant, journaliste

Laurent Jeanpierre, auteur

Serge Quadruppani, écrivain, traducteur

Alberto Toscano, Department of Sociology Goldsmiths, University of London

Jean-Pierre Bouyxou, écrivain et cinéaste

Noël Godin, écrivain et entarteur, Bruxelles

Isabelle Meyrat, Maitre de Conférences en droit

Jean-Christophe Angaut, Maître de conférences en philosophie ENS Lettres et Sciences Humaines (Lyon)

Emmanuel Barot Maître de Conférences en Philosophie, Université de Toulouse II - Le Mirail

Jacques Grangé, Maître de Conférences, Université Paris 13

Serge Utgé-Royo, auteur-compositeur-interprète

Emmanuel Burdeau rédacteur en chef des Cahiers du cinéma

Jeanne Favret-Saada, Directeur d’Etudes Ecole Pratique des Hautes Etudes

Olivier Le Cour Grandmaison, historien

Jeanne Marie Gagnebin, professeur universitaire, Campinas, S.P., Brésil

Marcos Lutz Müller, professeur universitaire, Campinas, S. P. , Brésil

David Joselit, Professor and Chair History of Art Yale University

Miguel Chueca, maître de conférences à Paris-X Nanterre

François Chesnais, professeur émérite Université Paris-Nord

Noura Wedell, écrivain, traducteur, enseignant chercheur, ENS LSH, Lyon

Laurent Chaumette, 49 ans, rmiste, ex-professeur, ex-journaliste professionnel

Florence Bonnefous, galeriste, Paris

Coulon Frédéric, agent SNCF

Jérôme-Alexandre Nielsberg, journaliste

Maia Chauvier, comédienne

Marina Grzinic, philosopher and artist, Ljubljana

Stas Kleindienst, artist and theoretician, Ljubljana

Sebastjan Leban, artist and theoritician, Ljubljana

Tanja Passoni, translator and cultural researcher, Ljubljana

Jérôme Benzimra-Hazan, Ingénieur d’études au Centre de recherche sur les droits de l’homme del’Université Paris II, Panthéon-Assas

Thomas Bidegain, Scénariste

Laurent Gardin, Maitre de Conférences en sociologie

Hugues Hellio, Maitre de Conférences en droit

Yves Nouvel, Professeur agrégé des facultés de droit

Karine Parrot, Professeur de droit

Carlo Santulli, Professeur de droit à l’Université Paris II, Panthéon-Assas

Louise Deschamps, rédactrice aux éditions Modem design

Catherine Levy, sociologue, Paris

Grégoire Dronnikov, System Architect NYSE Euronext

Nicolas Zurstrassen (anti-)Philosophe

Eric Tarrade, écrivain

François Tronche, biologiste, directeur de recherche

Julien Barnier, Ingénieur CNRS

Yves Coleman, traducteur

Dr Stéphane Ossona de Mendez, médecin généraliste

Thierry Foehrenbacher, Ingénieur CNRS, Strasbourg

Jean-Pierre Bizon, Marin, Ajaccio

Hélène Mathon, Metteur en scène

Vincent Mascot, berger

Jean-Luc Paul, Anthropologue, Université Antilles-Guyane

Jorge Lopez, Architecte

Hervé Le Corre enseignant, écrivain

Dominique Gerin, conservatrice des bibliothèques

José Luis Moragues, Maître de Conférences université Paul Valéry Montpellier III

Marcelo Raffin, Université de Buenos Aires, Argentine

Dalila Bovetn, Maître de conférences en éthologie, Université Paris X

Tetsu Lo-Shigemitsu Chirurgien (japonais)

Ismaël Jude, auteur dramatique

Christine Lévy, Maître de conférences Université Michel de Montaigne

Peter Hallward, Centre for Research in Modern European Philosophy Middlesex University

Benoît Petit, Réalisateur et scénariste de dessins animés

Duvert Pierre, Photographe

Nicolas Lambert, comédien

Alain Oriot, éditeur

Nicolas Bouyssi, écrivain

Niklas Svennung Galerie Chantal Crousel.

Déborah Cohen, Maître de conférence en histoire, Université de Provence

Jérôme Ollier Coordinateur CADTM Belgique

Hervé Ollitraut-Bernard Journaliste (GEO magazine) 0680145372

Arnault Skornicki, MCF Nanterre

Mahla Chahal, sociologue, paris

Yves Citton, Professeur de littérature à l’université de Grenoble

Bernard Marcadé, critique d’art

Alain Guénoche, Membre du bureau des Editions Agone

Marie-Laure Bernadac Conservateur général Chargée de l’art contemporain Musée du Louvre

Jean-Yves Barrère, économiste

Michèle Sibony, enseignante

François Bodinaux, Conseiller en communication

Shigenobu Gonzalvez

Marion Vernoux, Réalisatrice

Laure Mistral, auteur, traductrice et éditrice

Keith Dixon, Professeur à l’Université de Lyon 2

Bernard Langlois, journaliste, Paris

Mg.Emmanuel Taub, Universidad Nacional de Tres de Febrero - Universidad deBelgrano, Argentina

Mai-Thu Perret, Artiste, Genève, Suisse

Samuel Autexier, éditeur, Forcalquier

Fanny Howe, writer, Massachusetts, USA

Thomas Kilpper, artist, Berlin

Bettina Funcke, writer, editor, New York

Jonathan Scot Anderson, Grocery Clerk, Bloomington, Indiana, U.S.A.

Julia Ann Turner, Student, Indianapolis, Indiana, U.S.A.

Gabriel Parnet, Maître de conférences (E.R.)

Selim Karlitekin, Student, Istanbul

Renata Petropoulos Professor Los Angeles

Yann Moulier-Boutang, économiste

Sylvie Van Hiel, correctrice, Bruxelles

Willy Proust, Artiste photographe

Jean-Louis Leutrat Professeur Université Paris 3

Jean Louis Brette, Adjoint Administratif Mairie , Peyrelevade

Milou Brette Aide Médico Psychologique, Peyrelevade

Hélène Retailleau Assistante galerie Air de Paris

Chris Kraus Writer, Los Angeles

Denise Bally, Cnrs, Marseille

Nathalie Ruffié réceptionniste d’hôtel

Jean Stern, Journaliste, éditeur de "De l’aute côté"

Michel Koebel Maître de conférences à l’Université de Reims

Zoughlami Siryne, professeur de philosophie

Patrice Allain, maître de conférences, Université de Nantes.

Peter Pál Pelbart, Philosophe, Professeur à La Pontificale Université Catholique de São Paulo, Brésil

Lionel Soukaz, cinéaste

Muriel Colin-Barrand, responsable de Console

Valéry Pratt, Prof. philosophie

Maurizio Lazzarato, Philosophe, sociologue.

Niki Chabert, professeur de philosophie

Jérôme Ceccaldi, enseignant

Sylvie Tissot, sociologue, Collectif Les Mots sont importants

Olivier Neveux, maître de conférences, Strasbourg

Hedi El Kholti, Semiotexte Co-editor, L.A.

Georges Hugot, Maître de conférence, géographie Université montpellier 3

Valérie Aucouturier, Université Paris 1

David Faroult Maître de conférences, Université Paris Est - Marne-la-Vallée

Igor Krtolica, Doctorant-Enseignant en Philosophie

Jérôme Gleizes, enseignant Paris XIII

Bruno Ambroise, Chargé de Recherches au CNRS

Stéphanie Moisdon, critique d’art et commissaire d’exposition

Maud Matern, demandeuse d’emploi

Catherine Chevalier, critique d’art

Ariel Kenig, écrivain, Paris

Eric Beynel, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Annick Coupé, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Jean-Louis Galmiche, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Pierre Khalfa, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Catherine Lebrun, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Thierry Lescant, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Christian Mahieux, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Jean-Michel Nathanson, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Patrice Perret, secrétariat national de l’union syndicale Solidaires

Alejandra Riera (Paris)